Menu

Fermer L'association

Fermer Service QSL

Fermer Le Radio-Club F5KDC

Fermer Activités au R.C

Fermer Les Balises

Fermer Diplômes

Fermer Règlementation

Fermer Devenir R. A

Fermer Examen

Fermer Portraits

Fermer Divers

Fermer Petites annonces

Technique

Fermer Calculs

Fermer Articles de Radio-Ref

Fermer SDR

Fermer HAMNET

Fermer Informatique - Linux

Fermer Aide mémoire

Noubliez pas !

Radio-club :
Ouvert tous les jeudis dès 20h30

Prochaine réunion mensuelle :
Jeudi
14 décembre
21h

 

Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Calendrier
Webmaster - Infos
Divers - À la fortune du mot
À la fortune du mot par F1JRT

Tous les groupes ont leur jargon, leur dialecte, leur sabir : c'est à la fois une nécessité technique pour échanger sous une forme concise des informations complexes et l'affirmation de l'appartenance à un groupe donné qui marque une différence.

"Jeudi, je ne peux pas, j'ai deux prostates et une vésicule !" répond le chirurgien invité par un confrère ... Entendue par un non initié cette phrase peu paraître curieuse. Notre chevalier du bistouri est fait, je pense, comme tout le monde, mais il signifiait que ce jour là il opérait deux de ses patients de la prostate et un troisième de la vésicule biliaire.

L'argot lui même est une invention des mauvais garçons du début du siècle pour se comprendre ... et que "le cave n'y entrave que dalle."

Côté jargon certaines catégories de citoyens mériteraient une mention, voire une médaille. Les informaticiens ne disent pas :" Je travaille sur un gros logiciel de gestion qui me donne du fil à retordre, et ma machine n'est pas tout à fait au point." Vous risquez plutôt d'entendre :" Je code une appli de 3000 lignes en C, et ça chie encore un peu dans les routines, en plus ma bécane plante sans arrêt, parce que j'ai changé le pross' et que j'ai pas encore optimisé le cache pour ce compilo."

Les psychologues et les pédagogues de tout poil ne veulent surtout pas être en reste et néologisent à tout va. Si vous avez des enfants jeunes, ils ne font plus de compositions de Français ou de calcul, non "on contrôle leur savoir-faire et leur savoir-être, par des évaluations normatives voire formatives, suivies éventuellement de remédiations, dans les domaines de la langue orale et écrite, et de la maîtrise de l'espace et du temps, tout en tenant compte de leur capacité individuelle à s'associer dans une structure sociale..." Si, si, on fait ça de nos jours à des gamins de huit ans.

Bon mais là je m'égare ! Les radioamateurs sont également fort bien placés, et depuis très longtemps dans le domaine de la course aux expressions curieuses, folkloriques et surprenantes

Un radioamateur bien élevé ne dira pas dans son micro :" Bonjour qui a le temps de tailler une petite bavette avec moi ?" mais "QRZ ?" . Vous noterez au passage, l'extrême concision de ce langage. C'était logique du temps où l'on utilisait encore le code inventé par Samuel Morse, j'allais écrire du temps de la CW, vous voyez, moi aussi je suis contaminé...

Bref nous jargonnons tous. Du "QTRmètre" qu'il ne faut surtout pas oublier un jour de "contest", à "l'YL "qui n'apprécie pas les "QSO" à rallonge à l'heure du "gastro", on peut citer cent expressions amusantes tirées de notre hobby. Si vous en trouvez de belles, vous me les "packettez," "@ KDC". J'en fais collection," HI 3 coups!"

A bien y réfléchir, d'ailleurs, je me demande si cette utilisation de mots spécifiques à telle ou telle catégorie, ne cache pas un plaisir un peu pervers, car pour tirer pleine satisfaction d'un échange de ce type, il faut trois parties en présence : deux complices et un naïf, ceux qui se comprennent à demi mot, et... celui qui cherche à décoder. Les radioamateurs s'assurent d'ailleurs souvent de la présence d'un tel public en envoyant leurs " 73 aux SWL!" Il s'agit d'un petit jeu de société que l'on pourrait comparer à l'art de la contrepèterie qui consiste à introduire un sens caché dans une phrase anodine, sens que les initiés peuvent trouver en déplaçant des syllabes , et qu'ils définissent comme "l'art de décaler les sons."

Mais enfin, tous ces argots, toutes ces tournures donnent parfois naissance à des expressions grand public, lorsqu'ils franchissent les limites du cercle restreint où ils ont été crées. Le mot "bidouille " que j'ai entendu pour la première fois chez les radioamateurs est maintenant utilisé par tous et, à mon avis, il ne tardera pas à se retrouver, consécration suprême, dans le petit Larousse. On peut même penser qu'il y fera des petits car "bidouille" donne facilement le verbe "bidouiller" et "bidouilleur" celui qui s'adonne à cette activité.

Je promets de même un bel avenir à "tagazou", qui désigne un petit émetteur-récepteur portable, avec le développement des téléphones sans fil. C'est comme cela que la bonne vieille langue de Molière s'enrichit.

Philippe, F1JRT


Date de création : 25/06/2013 @ 07:49
Dernière modification : 25/06/2013 @ 07:52
Catégorie : Divers
Page lue 608 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

^ Haut ^